Enzo Puech, étudiant en Information-Communication à l’IUT de Rodez arrive à concilier sa maladie, ses études et ses activités extérieures. Atteint de la mucoviscidose, il fait preuve d’organisation et de volonté pour que son quotidien soit le plus simple possible. Son mode de vie est très peu courant.

La mucoviscidose lui a été détecté à l’âge de 6 mois suite à des pleurs qui ne passaient pas et un virus qui ne se soignait pas. Enzo a donc grandi avec cette maladie. Pour cela, toute sa vie a dû être adaptée ainsi que celle de ces parents. Ces derniers ont suivi une formation de kinésithérapeute afin de lui fournir chaque jour des séances qui lui sont obligatoires. En plus de celles-ci, il est administré à Enzo une cinquantaine de médicaments (dont un à chaque fois qu’il mange un quelconque aliment). La mucoviscidose d’Enzo à une particularité : elle attaque un petit peu tous ses organes, il lui faudra donc avoir une quadruple greffe dans les années à venir. 

La mucoviscidose est une maladie héréditaire qui bouche les petites bronches et essouffle donc Enzo au moindre effort. Lors de ces nuits, il dort avec une machine qui lui permet de respirer. Ses journées ne sont d’ailleurs pas de tout repos. Levé tôt pour faire sa séance de kiné, puis direction l’IUT où il suit des cours toute la journée, enfin de retour chez lui pour une nouvelle séance suivie de travail personnel et de sa nuit de sommeil. A cause de la mucoviscidose, Enzo nécessite de beaucoup plus d’heures de sommeil qu’un étudiant « classique ». Il explique que ce n’est pas facile car il lui arrive de passer plusieurs semaines à l’hôpital afin de suivre des cures de repos et de médicaments. Il doit donc rattraper ses cours et travailler d’avantage que ses camarades. Un rythme bien compliqué mais pas insurmontable pour Enzo ! 

« La seule chose qui m’est interdite est le sport, mais honnêtement ça ne me manque absolument pas »

Toutes ces adaptations et ces contraintes n’empêchent cependant pas Enzo d’étudier et de sortir avec ses amis. Malgré des visites une fois par mois minium à l’hôpital de Toulouse, l’étudiant a débuté un cursus de deux ans à l’IUT de Rodez en 2018. Il a obtenu son bac sans difficulté et s’implique dans la vie étudiante. Les hôpitaux sont adaptés pour lui et il considère les infirmières comme sa deuxième famille. Il a eu la possibilité de passer son brevet et son bac à l’hôpital, dans les (quasi) même conditions que le reste des élèves. 

Avec une constante attention de sa part, il peut sortir le soir avec ses amis, aller au restaurant ou faire la fête. Ces sorties sont plus rares mais Enzo est le premier partant quand il faut montrer ses talents de danseur ! 

Enzo parle très ouvertement de sa maladie et a la chance d’être bien entouré par une famille très présente pour lui. La mucoviscidose et le diabète qu’il a développé au début du collège, lui rajoutent des contraintes dans son quotidien mais ne l’empêchent pas de profiter avec ses amis sa famille et de sa vie. 

Salomé Delarbre & Maëlle Neumann