Mathilde Bodet, étudiante à en communication à l’IUT de Rodez, a fait une année de césure après l’obtention de son baccalauréat. C’était une expérience forte qui l’a forgée et qu’elle n’est pas prête d’oublier. Son voyage en Irlande a joué un rôle dans le choix de la ville où elle étudie actuellement : Rodez. 

Le 14 avril : heure du grand départ vers l’Irlande. Mathilde et son copain Melvin partent en van à Caen pour prendre le bateau. Un problème a failli mettre en péril leur projet : le frein à main du van lâche. L’étudiante raconte “ Nous avions pas eu le temps de tester le van avant de partir. Le dernier tiroir a été placé le matin même avant de partir. C’était la panique ! Il nous restait 1h et demi de route, et le bateau allait partir dans 3h”.  Ils ont de suite compris qu’ils allaient devoir être responsables et qu’ils seront seuls face aux obstacles qu’ils rencontreront.

Le jeune couple à fait du woofing, c’est à dire qu’ils ont travaillé en échange d’être nourris et logés. “Cette expérience nous a apporté humainement, mais nous a aussi permis d’acquérir des compétences manuelles en jardinage, et en bricolage” explique Mathilde.  
Entre deux coups de marteau, leur hôte les emmène visiter les paysages les plus insolites de l’Irlande. Le sauna naturel reste un de leur plus beau souvenir.
Parmi tous ces bons moments,  ils ont dû prendre en main des responsabilités auxquelles ils n’avaient jamais été confrontés. Autonomie, économie et prévoyance sont les nouvelles qualités de Mathilde à son retour. 
Suite à leur mois de wwoofing effectué, ils décident de partir à la découverte de l’Irlande. 
Le 4m2 du van les a forcé à se débrouiller non-stop avec le peu qu’ils avaient (faire à manger, réparer, penser à faire le plein d’essence etc…). Nouvelle difficultée : s’est retrouvée seule à pouvoir communiquer en anglais. 

Cette expérience d’éloignement avec sa famille l’a conforté dans l’idée qu’elle puisse partir étudier à plus de 8h du foyer familial avec assurance.. Mathilde commente : “Si je n’avais pas vécu cette expérience, jamais je ne serais partie à Rodez pour faire mes études”. 

Mathilde Bodet a été acceptée en 2018 en licence 1  de psychologie à l’université d’Angers, à 20 minutes de chez ses parents. Elle se rend vite compte que le fonctionnement de la faculté ne lui correspond pas. Elève studieuse, elle se donne les moyens d’y arriver. Aux vacances de toussaint, elle ne peut plus continuer que ce soit physiquement ou mentalement. Ses parents, provenant du corps enseignement, étaient assez dubitatifs. Pour eux, cette césure aurait été une perte de temps. 
Habituée de voyager de manière nomade avec ses parents, elle décide de partir en van avec son copain. Son père trouvait qu’elle était trop jeune, mais le projet du van l’a conquis. 
Lorsque la question de l’argent est venue au coeur de la discussion, Mathilde a trouvé la solution du woofing.

Céline Castan et Odys Calvayrac