Louise et Albane, deux étudiantes de la filière Carrières Juridiques de l’IUT de Rodez se lancent dans un projet tuteuré en collaboration avec la prison de Rodez.

Dans le cadre de leur cursus professionnalisant, les étudiants de l’IUT de Rodez doivent se confronter à un cas concret dans une organisation. Louise et Albane ont choisi de mettre leurs connaissances au service des détenus de la maison d’arrêt de Rodez.

En vue de la réinsertion des prisonniers, les deux étudiantes ont pour mission de donner une ou plusieurs conférences, programmées aux alentours du mois de février 2020, au sein de la maison d’arrêt de Rodez. Les détenus pourront, sur la base du volontariat, participer à ces conférences.

Même si les thèmes de ces conférences restent encore en discussion, elles souhaiteraient dans un premier temps, apporter leur aide en leur permettant de réaliser leur CV et lettres de motivation. Ainsi, les détenus pourraient avoir un espoir concret de reconversion professionnelle à leur sortie. 

Les deux jeunes étudiantes envisagent également d’explorer les thèmes du sport et du cinéma sous l’angle attentif du droit, qui constitue la base de leur formation universitaire. Afin de rendre ces conférences ludiques, elles ont pour objectif de proposer aux détenus de la maison d’arrêt de Rodez des situations très concrètes comme le dopage ou les grandes affaires liées au sport. 

Soucieuses de transmettre des principes de droits, elles souhaiteraient diffuser des extraits de films français afin de pouvoir générer des réflexions et interrogations permettant ainsi de créer un débat. 

Le choix du sujet des conférences constitue la première difficulté de ce projet. Face à des détenus coupés du monde et de leur famille depuis un certain temps, le sujet ne doit pas les toucher de manière trop personnelle. Cependant, avec l’appui du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP) ainsi que leurs professeurs référents, les deux jeunes étudiantes vont pouvoir apporter leurs connaissances au service de la prison de Rodez. S’il s’agit de la première année d’existence, les professeurs de la formation espèrent que cette coopération perdurera dans le temps. 

La maison d’arrêt de Rodez concentre les personnes en attente de jugement dont les peines ne dépassent pas cinq ans. 

Malgré les peurs et les appréhensions, les deux jeunes étudiantes voient en cette expérience l’occasion de relever un véritable défi personnel. Sorties de leur zone de confort, les deux futures juristes devront se plier aux contraintes de sécurité carcérale. 

Louise et Albane espèrent convier un maximum de personnes lors de leur conférence et aspirent à positiver leur message tout en restant neutre. 

Elles espèrent “laisser une trace de leur passage” en ayant un impact positif pour les prisonniers et que leurs conférences soient utiles dans la vie personnelle des détenues. 

Chloé Puech et Oriane Bellamy.