La Ruche qui dit Oui, un nom peu évocateur au premier regard mais plein de sens quand on connait le concept. Marie-France Coste, responsable de la Ruche de Roussennac, fait vivre cette « Entreprise Sociale et Solidaire » depuis mars 2015 dans l’ouest Aveyron. C’est une vingtaine de producteurs qui se retrouvent tous les vendredis à 17h30 à la salle communale de Roussennac pour rencontrer leurs clients (appelés « abeilles ») afin d’échanger avec eux mais aussi leur livrer leurs produits pré-commandés.

dsc_0083

La Ruche qui dit Oui est un concept national qui a reçu en 2012 l’agrément « Entreprise Sociale et Solidaire », reconnaissant l’engagement de cette entreprise dans le soutien et le développement de l’agriculture fermière.

La Ruche qui dit Oui est un regroupement de producteurs, agriculteurs, éleveurs ou artisans qui exercent sur un rayon de 250 km autour du lieu de distribution. Ils se regroupent toutes les semaines dans un même local pour se rencontrer et donner les colis de produits commandés sur internet par les « abeilles » la semaine précédent la distribution. La naissance d’une ruche dans une ville dépend de l’initiative d’un habitant qui va monter un dossier pour faire connaitre ses motivations auprès des créateurs de La Ruche qui dit Oui.

C’est le cas de Marie France Costes qui, suite à un reportage télévisé sur ce nouveau concept de vente directe, a décidé de devenir responsable d’une ruche. « En voyant l’enthousiasme d’un primeur ravi de vendre une cagette de carottes qui avaient trouvé preneur plutôt que de les jeter faute d’acheteur, je me suis dit qu’il fallait que je fasse partie du mouvement. » Elle a vu en La Ruche qui dit oui un concept favorisant la vente directe, le bonheur des producteurs et des acheteurs mais surtout un moyen de lutter contre le gaspillage puisque tous les produits commandés seront vendus, contrairement à un marché, par exemple, où le producteur amène une quantité de marchandises qu’il n’est pas sûr d’écouler.

Le 13 mars 2015, Marie France Costes ouvre sa première Ruche à Lugan dans l’Aveyron, après avoir recherché une salle, des producteurs et des clients. « Au début, on faisait une vente tous les 15 jours puis on est passé à une distribution hebdomadaire au bout d’un an. Les premières fois, on  faisait une quinzaine de ventes par distribution, aujourd’hui on en est à 25 à 30 ventes  par semaine. Ça fonctionne surtout par le bouche à oreille. » Depuis septembre 2013, la Ruche s’est déplacée à la salle communale de Roussennac, lieu un peu plus stratégique puisque « elle est sur le passage des « abeilles » qui rentrent du travail. »

Et ces abeilles sont ravies de l’ambiance présente dans cette petite salle. De plus, le concept est simple, il suffit de s’inscrire gratuitement sur le site et de réserver ses produits entre le samedi et le mercredi, de les payer en ligne et de venir les récupérer auprès des producteurs présents le soir de la distribution. Les abeilles dépensent en moyenne pour 35€ de viandes, légumes, fromages, épices mais aussi lait, miel ou encore cosmétiques. Que l’on soit habitué ou nouveau, que l’on vienne hebdomadairement ou une fois de temps en temps, peu importe, la Ruche reste accueillante. « L’ambiance est conviviale, on peut discuter et déguster de nouveaux produits. Et leur goût est une des principales raison qui nous fait venir régulièrement » se satisfont les clients.

Du côté des producteurs, la satisfaction est la même. « Le principe est bien car on sait ce qu’on va vendre, ça évite le gaspillage. Et puis ça élargit notre réseau, c’est aussi l’occasion d’échanger avec les abeilles et les autres producteurs » confie Marie Laure Ayral Camboulas du Gaec de la Garrissole à Roussennac. Ils sont ravis de faire partie de cette ruche, vivante, chaleureuse et envahie par la bonne humeur de la responsable de Ruche qui met tout en œuvre pour combler les besoins de ses producteurs mais aussi des abeilles. « L’ambiance dépend vraiment du responsable qui fait vivre sa Ruche. On voit bien que l’ambiance n’est pas la même dans toutes les Ruches » constatent Julien et Jonathan des conserves de Garissou qui sont membres de deux Ruches.

Emeline GILHODES